ZurückSommaireWeiter
Accueil

Les partis politiques

 

 

Quels sont les partis politiques allemands ? Peut-on comparer leurs clivages polirtiques aux nôtres ? De bonnes questions pour commencer à s'intéresser aux partis politiques alelmands... et aux nôtres !

Un dossier réalisé à partir du dossier spécial "élections allemandes 2002" du Monde en ligne.

Sandrine Blanchard et Julie Chansel
Edité par Stéphane Mazzorato

"Le Monde" http://www.lemonde.fr/
Merci de tolérer cette entorse "non-lucrative" aux droits d'auteur ;-) !

   
 
Les partis politiques
   
  SPD
  CDU- CSU
  FDP
  Bündnis90-Die Grünen
  PDS
   
   

 

 


Sozialdemokratische Partei Deutschlands (Parti social-démocrate)

Le SPD est né en 1875, de la fusion de l'Association des ouvriers allemands et du Parti ouvrier social-démocrate allemand. Interdit sous Bismarck (1871-1890), le parti obtient 35 % des voix aux législatives de 1912. Puis, sous la République de Weimar, il devient un parti de gouvernement. Dissous en 1933, il est reconstitué en 1946 et abandonne toute référence au marxisme en 1959. Progressant alors aux élections, il gouverne avec la CDU de 1966 à 1969, puis avec les libéraux de 1969 à 1982. Les fortes personnalités de Willy Brandt, chancelier de 1969 à 1974, qui inaugura une politique d'ouverture vers les pays de l'Est et d'accords avec la République démocratique allemande ("Ostpolitik"), et de Helmut Schmidt, qui lui succéda jusqu'en 1982, ont dominé la vie du parti pendant cette période. Le SPD est revenu au pouvoir en 1998, au lendemain des législatives. Gerhard Schröder, président du parti, dirige l'actuel gouvernement de coalition avec les Verts.


Christlich-Demokratische Union (Union chrétienne-démocrate)

Au pouvoir de 1949 à 1969 puis de 1982 à 1998, la CDU a dominé la vie politique allemande d'après guerre. En partie héritière du Centre catholique de la République de Weimar (1918-1933), la CDU n' a pas une doctrine très définie, mais s'appuie sur une double référence religieuse (catholique) et économique (le libéralisme). L'un de ses membres les plus illustres est son fondateur, Konrad Adenauer, premier chancelier de la RFA en 1949. Durant quatorze ans, il mena une politique d'intégration de l'Allemagne dans l'Europe occidentale et de reconquête de ses droits sur le plan international. Il obtint le droit d'avoir une armée (la Bundeswehr) et l'entrée de son pays au sein de l'OTAN, en 1955. Autre figure de la CDU, Helmut Kohl (chancelier de 1982 à 1998 ) est l'artisan de la réunification en 1990. La CDU est dans l'opposition depuis sa défaite de 1998. La CSU est la réplique bavaroise de la CDU.


Freie Demokratische Partei (Parti libéral)

Le parti, fondé en 1948 à Heppenheim (Hesse), résulte d'une fusion des partis libéraux des trois secteurs d'occupation occidentale. Depuis 1949, le FDP a participé à presque tous les gouvernements de coalition, avec le SPD ou la CDU-CSU. Dans l'opposition depuis les élections de 1998, le FDP est déjà remonté à 11 % des intentions de vote (contre 6,2 % aux précédentes législatives de 1998). Parti ultra-libéral classique, son programme prône des baisses d'impôts très importantes, une réduction à 12 mois de la durée des indemnités de chômage (contre 32 mois à l'heure actuelle) ou la quasi-suppression des conventions collectives. Il souhaite également supprimer le service militaire. Le FDP mise toujours sur ses valeurs fondamentales : la promotion des petites et moyennes entreprises comme moteur de l'emploi, l'éducation nationale en favorisant l'émulation entre les universités.Le FDP se veut "l'alternative propre et non compromise" aux deux grands partis chrétien-démocrate et social-démocrate. Pour lui, les deux ténors au pouvoir ont "échoué" à réduire le chômage et sont "salis" par une série de scandales.


Bündnis 90 - Die Grünen (Les Verts)

Le parti, fondé à l'Ouest en 1979, issu d'un mouvement écologiste radical (pacifiste et antinucléaire), est représenté au Bundestag depuis 1983. Le 14 mai 1993, Die Grünen fusionne avec Bündnis 90, parti issu du regroupement en 1989-1990 de dissidents est-allemands. Dans leur programme électoral de mars 2002, les Verts ont tenu compte des décisions du gouvernement de coalition prises lors de l'opération au Kosovo en 1999 et de la participation à la lutte internationale contre le terrorisme. Ils ont abandonné le pacifisme radical et accepté la présence militaire des Etats-Unis en Europe, à une condition toutefois : que l'objectif reste la poursuite de la réduction des potentiels militaires. Dans leur programme, les Verts mettent l'accent sur l'écologie, la protection des consommateurs, l'égalité des chances et une plus grande justice sociale, avec en particulier un programme en faveur des enfants des familles les plus démunies (souvent monoparentales). Les Verts plaident aussi pour une société visant à l'égalité des sexes.


Partei des Demokratischen Sozialismus (Parti communiste)

Héritier du SED, l'ancien Parti communiste de la RDA (République démocratique allemande), le PDS, qui comptait 90 000 membres en 2001, doit s'inventer une identité et une cohérence. Constitué de militants majoritairement est-allemands et souvent en difficulté sociale, dirigé par des cadres âgés dont le parcours politique se déroula principalement sous la RDA, représenté par des élus qui souhaitent de plus en plus accéder à des responsabilités publiques nouvelles, le Parti du socialisme démocratique s'appuie en même temps sur un électorat majoritairement jeune, voire proche des milieux alternatifs. La tendance moderniste va jusqu'à envisager les conditions d'une alliance avec le SPD au pouvoir. La base, quant à elle, milite pour le rejet d'un système politico-économique dont elle souffre gravement depuis la réunification. Comme chez les Verts, dans un PDS revendiquant une culture pacifiste, le thème de l'intervention militaire extérieure est depuis longtemps une source de dissensions internes fortes.

 

Haut de page


Site "Deutsch aktiv lernen" - http://perso.wanadoo.fr/cchamorand/index.htm - © Christophe Chamorand